honorable

honorable

honorable [ ɔnɔrabl ] adj.
• déb. XIIe; lat. honorabilis
1Qui mérite d'être honoré, estimé. digne, estimable, respectable. Une famille honorable. Par plais. L'honorable compagnie.
(XIXe; d'apr. l'angl. honourable) Qualifiant un député. Je répondrai à mon honorable contradicteur.
2Qui honore, qui attire la considération, le respect, ou sauvegarde l'honneur, la dignité. C'est une profession honorable. Sentiments honorables. 1. bon, digne. « Un scrupule honorable mais déplacé » (Chardonne). Il est reçu dans un rang très honorable. Mention honorable, très honorable donnée à une thèse. Faire amende honorable. Blas. Pièces honorables de l'écu.
3(Sens affaibli) convenable, honnête, 1. moyen, suffisant. « Le résultat plus qu'honorable d'une campagne menée avec énergie » (Romains).
⊗ CONTR. Déshonoré; avilissant, déshonorant, honteux, infamant.

honorable adjectif (latin honorabilis) Qui est digne d'estime, dont la respectabilité est notoire : Un commerçant honorable. Qui est conforme à l'honneur, à la dignité, qui donne droit au respect, à la considération d'autrui : Vie honorable. Qui atteint un niveau, une valeur, une importance estimés suffisants, convenables : Des résultats financiers plus qu'honorables.honorable (expressions) adjectif (latin honorabilis) Familier. L'honorable compagnie, les personnes présentes à une réunion. Mon honorable collègue, confrère, etc., formules de politesse usitées entre membres d'une assemblée, d'une même profession, etc. Pièce honorable, pièce héraldique qui occupe le tiers de la surface du champ (à savoir : la bande, la barre, le chef, le chevron, la croix, la fasce, le pal, le sautoir). ● honorable (synonymes) adjectif (latin honorabilis) Qui est digne d'estime, dont la respectabilité est notoire
Synonymes :
- considéré
Contraires :
- méprisable
- vil
Qui est conforme à l'honneur, à la dignité, qui donne...
Synonymes :
- respecté
Contraires :
Qui atteint un niveau, une valeur, une importance estimés suffisants...
Synonymes :
- honnête
Contraires :

honorable
adj. et n. m.
rI./r adj.
d1./d Qui mérite d'être honoré, considéré. Un honorable commerçant.
|| (Par politesse, dans le langage parlementaire.) Mon honorable collègue.
d2./d Qui attire le respect, qui est garant de l'honneur. Un métier honorable.
|| Faire amende honorable: reconnaître ses torts.
d3./d Suffisant, assez satisfaisant. élève qui a des notes honorables.
rII./r n. m. (Maurice) Titre donné aux députés de l'Assemblée nationale mauricienne.

⇒HONORABLE, adj.
A. — [Avec l'idée de possibilité passive]
1. [En parlant d'une pers.]
a) Qui par sa conduite, ses actions conformes à une norme valorisée socialement est digne d'estime, de considération, de respect. Synon. estimable, respectable. Gens, mari, commerçant, parents honorable(s). On disait que le duc, charmant et très honorable, n'avait pas voulu, « à cause des histoires de sa femme » (...) continuer à habiter Paris (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 238). D'ordinaire, je ne suis pas très « Marseillaise ». Je trouve toujours assez drolatique de voir d'honorables bourgeois se mettre sur leurs fumerons et retirer leur huit-reflets pour entendre exécuter un hymne révolutionnaire (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 225). Je passais pour riche; mais ma famille était provinciale et honorable sans plus (MAURIAC, Pharis., 1941, p. 283).
Homme honorable. Homme probe, honnête. Je préfère me marier tout de suite avec le premier qui demandera ma main, avec le premier homme honorable, s'entend, fût-il plus âgé que moi (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 456).
[Avec une connotation sexuelle] Pour les Chantal, toute la partie de Paris située de l'autre côté de la Seine constitue les quartiers neufs, quartiers habités par une population (...) peu honorable, qui passe les jours en dissipations, les nuits en fêtes (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Mlle Perle, 1886, p. 627).
En partic. [En parlant d'une femme] Dont la conduite sexuelle est conforme à une norme valorisant la chasteté, la fidélité pour les femmes mariées et les fixant dans un rôle de mère et d'épouse. Tu en as déjà assez d'être honorable? d'avoir une situation assise, une famille, un foyer? (ACHARD, J. de la Lune, 1929, III, 1, p. 24). Savoir comment une mère et une honorable épouse se conduisant tout d'un coup comme une sacrée roulure retirée des affaires a pu causer le meurtre de son enfant! (CAMUS, Requiem, 1956, 1re part., 3e tabl., p. 855) :
1. Elle était petite, potelée (...). Elle avait un curieux visage d'ange joufflu. Aussi Gilbert était-il surpris (...) en remarquant certains de ses regards, chauds et sournois. Mais comme il ne connaissait guère que des prostituées, il ne douta pas que la jeune fille fût fort honorable.
ARLAND, Ordre, 1929, p. 154.
b) Honorable + subst. (désignant une pers., une fonction sociale).
HIST. Honorable homme. [Titre donné aux notables bourgeois, en particulier dans les actes publics] L'histoire littéraire a bien soin de remarquer que le père de Régnier était qualifié honorable homme, titre qui dans ce temps ne se donnait qu'aux plus notables bourgeois (SAND, Quest. art et litt., 1876, p. 135).
Mod., plais. Honorable compagnie. Saluer l'honorable compagnie (Lar. Lang. fr.).
[Qualification de politesse dont les députés, les parlementaires se gratifient] Honorable député, parlementaire. L'une des premières propositions que le trio démagogue fit à la tribune, ce fut de supprimer l'appellation d'honorable membre, dont on avait coutume de se servir comme en Angleterre (STAËL, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 362). « (...) j'ai assez de philosophie pour ne jamais dire à l'honorable M. Cornille-Lalouze : Regardez qui vous applaudit! » (...) Cet homme gras et déplaisant (...), envoyé à la Chambre par une circonscription pauvre et sensible aux bienfaits, était peu sympathique à ses collègues (DE VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 7).
Emploi subst., vx. Membre de la Chambre des députés. Une foule d'honorables quittent leurs bancs pour assiéger celui des ministres (BALZAC, Œuvres div., t. 2, 1831, p. 336). Les honorables que nous avons vus à la dernière Chambre des députés (...) se faisant grande violence pour se mettre en avant; mais se mettant en avant pourtant, et de la façon la plus effrontée (STENDHAL, Mém. touriste, t. 2, 1838, p. 418).
P. ext. Personne célèbre, ayant une grande renommée. Pour caractériser la mise en scène de ces deux honorables on dira : Proust, c'est un cornélien, mais Béral se reporte au vieux génie des farces (BARRÈS, Leurs fig., 1901, p. 129).
P. ext. [Dénomination marquant de la déférence, du respect] Honorable orateur, membre. Mon honorable contradicteur vous a tracé de Lagoupille une silhouette quelque peu flatteuse (COURTELINE, Client sér., 1897, 3, p. 71). P. plaisant. Je vais vous conduire immédiatement auprès de M. Koupriane. Sera enchanté. — Moi aussi, fait Rouletabille, qui remet un rouble dans la main de l'honorable fonctionnaire. (...) pour deux roubles, il le précéderait au bout du monde (G. LEROUX, Roul. tsar, 1912, p. 74).
2. P. méton.; [en parlant d'un comportement, d'un affect] Qui est conforme à la bienséance; qui est honoré. Motifs, pensées, raisons honorables. L'amour, ce n'est pas un sentiment honorable (COLETTE, Naiss. jour, 1928, p. 13). Le romancier mondain n'est pas exempt d'un double pli (...). D'abord le pli ancien du « domestique » (en ne gardant de ce mot que son sens ancien, parfaitement honorable...) (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 197). La tristesse m'a toujours paru honorable (SAGAN, Bonjour tristesse, 1954, p. 13).
[Avec une connotation sexuelle] Synon. de avouable, honnête. But, intentions honorable(s). Il y a cette petite intrigante qui mijote Dieu sait quoi, contre le repos des familles et des liaisons honorables (ANOUILH, Répét., 1950, IV, p. 108) :
2. ... cette maison, monsieur, est une maison honorable. (...) je dois veiller comme une mère sur chacune de mes élèves. Vos assiduités auprès de Mademoiselle Alexandre ne pourraient se prolonger sans nuire à cette jeune fille.
A. FRANCE, Bonnard, 1881, p. 459.
B. — [Avec l'idée d'obligation active]
1. [En parlant d'un comportement, d'un sentiment] Qui procure de la considération, de l'estime, du respect; qui fait honneur; qui rend hommage. Dire qu'il y a des gens qui trouvent qu'il est plus honorable d'être mort que vif (APOLL., Tirésias, 1918, I, 6, p. 892) :
3. THÉRÈSE : (...) Moi, (...), quand j'ai eu des faiblesses, ça a toujours été pour des gens comme il faut. Je cherchais à m'élever. C'est honorable. C'est très honorable, tandis que toi, c'est parmi les employées de bas étage que tu vas choisir tes maîtresses.
FLERS, CAILLAVET, M. Brotonneau, 1923, I, 16, p. 10.
Rem. On peut noter la double valeur, souvent indissociable dans certains ex. : un motif honorable peut être soit un motif estimable, qui mérite qu'on le prenne en compte, soit un motif qui honore celui qu'il anime, soit les deux ensemble.
Mention (très) honorable.
Faire amende honorable.
SYNT. Acte, action, blessure, carrière, cause, combat, devoir, emploi, existence, fidélité, fonctions, paix, place, poste, profession, rang, rôle, situation, titre honorable(s).
2. HÉRALD. Pièces honorables; p. ell. pièces. Pièces principales et ordinaires de l'écu qui peuvent occuper le tiers du champ. Synon. pièces de premier ordre. Le chevron est une marque de très ancienne noblesse. Il fait partie de ce que l'on appelle, en blason, les pièces honorables (SAND, Corresp., t. 4, 1856, p. 94) :
4. La configuration de l'écu est tout d'abord divisée selon l'émail du champ, puis en fonction de certaines partitions ou pièces dites honorables, et ainsi de suite jusqu'aux moindres meubles, jusqu'aux détails les plus spécifiques. Il n'y a pas, dans ce cas, création de mots codés, car un blason est lui-même une longue phrase sans ponctuation, dont les éléments sont dans un ordre strict, mais le principe est le même.
JOLLEY, Trait. inform., 1968, p. 103.
C. — [En parlant d'éléments quantifiables, mesurables ou entre lesquels on peut établir un classement; en parlant d'une pers. dont on juge les résultats] Qui est satisfaisant sans être brillant; qui se trouve dans la moyenne. Synon. convenable, honnête, passable. Obtenir une note honorable. Françoise souffre (...) de n'être à ce cours qu'une élève honorable, et non le brillant sujet sur qui se concentrent au lycée l'admiration de la classe (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 59). L'affluence était honorable; mais ce n'était pas la presse, l'étouffement des grands jours (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 54) :
5. ... dites en bas qu'on mettra, demain, trois vins et le Champagne, pour finir. Des vins honorables, rien de plus. Pas mon Clos de Tart, ni la Romanée Saint-Vivant. Tous ces gens-là, (...) ils ne comprennent rien au vin. Alors, pas de gaspillage.
DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p. 137.
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Cf. honneur. Étymol. et Hist. Ca 1125 « (d'une personne) digne d'estime, de respect » (Couronnement de Louis, 1344 ds T.-L.); spéc. employé comme épithète honorifique 1276 honorable home (S.-Bénigne, Plombières-lès-Dijon, A. Côte-d'Or ds GDF. Compl.), titre par la suite seulement donné aux petits bourgeois, marchands et artisans, par opposition à la noblesse, v. Trév. 1704-71; 1777, févr. (Encyclop. méthod., Écon. Pol. Diplom. t. 2, p. 548 : un gouverneur de Georgie à qui l'on donnera le titre de honorable); 1791, oct. (Décision par l'Assemblée législative de supprimer la qualification de ,,honorable membre`` d'apr. BRUNOT t. 9, p. 679); 1829 (HUGO, Corresp., p. 347 : mon honorable confrère, M. A. Soumet). Empr. au lat. class. honorabilis « qui fait honneur; digne d'être honoré (employé comme titre honorifique en b. lat.) »; l'emploi, à partir du XVIIIe s., comme terme de déférence en parlant de qqn ou à qqn, est empr. à l'angl. honourable (lui-même empr. au fr.), qualificatif donné à des pers. de haut rang ou appartenant à certains corps (dep. 1450 ds NED), plus spéc. à l'anglo-amér. qui attribua cette épithète aux membres du Congrès puis aux magistrats, juges... (dep. 1640 ds DAE). Fréq. abs. littér. : 1 555. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 3 448, b) 2 611; XXe s. : a) 1 710, b) 1 242. Bbg. DUB.Pol. 1962, pp. 316-317. - GALL. 1955, p. 57.

honorable [ɔnɔʀabl] adj.
ÉTYM. Déb. XIIe; lat. honorabilis, de honorare. → Honorer.
———
I
A Qualifié n. de personne.
1 Qui mérite d'être honoré, estimé. Digne, estimable, respectable. || Une famille honorable, des plus honorables (→ Étranger, cit. 42). || Né de parents honorables. || C'est un homme parfaitement honorable, plein d'honnêteté, de probité. || Un honorable commerçant.
1 (…) ce n'est pas grand-chose que d'être honoré, puisque cela ne signifie pas qu'on soit honorable.
Marivaux, la Double Inconstance, I, 10.
2 Reste monsieur le maire, reste honorable et honoré, enrichis la ville, nourris des indigents, élève des orphelins, vis heureux et admiré (…)
Hugo, les Misérables, I, VII, III.
2.1 M. de Charlus enfin avait encore des raisons plus particulières d'être ce germanophile. L'une était qu'homme du monde, il avait beaucoup vécu parmi les gens du monde, parmi les gens honorables, parmi les hommes d'honneur, les gens qui ne serreront pas la main à une fripouille : il connaissait leur délicatesse et leur dureté, il les savait insensibles aux larmes d'un homme qu'ils font chasser d'un cercle ou avec qui ils refusent de se battre, dût leur acte de « propreté morale », amener la mort de la mère de la brebis galeuse.
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 776.
2 Vx. Noble. — ☑ Loc. L'honorable compagnie.
3 Je donne le bon vêpres à toute l'honorable compagnie (…)
Molière, la Comtesse d'Escarbagnas, 6.
(Mil. XIIIe). Vx. || Honorable homme, honorable bourgeois, qualité que se donnaient de petites gens qui n'avaient pas d'autre titre, notamment dans les actes d'état civil.
4 (Ma bonté) Qui de ce vil état de pauvre villageoise
Vous fait monter au rang d'honorable bourgeoise.
Molière, l'École des femmes, III, 2.
5 Veut-on (…) qu'il fasse de son père un Noble homme, et peut-être un Honorable homme, lui qui est Messire ?
La Bruyère, les Caractères, VI, 21.
3 (Av. 1850; Hugo, Correspondance, 1829, in T. L. F.; angl. honourable, terme de politesse dans le langage parlementaire). En parlant d'un député, d'un parlementaire. || Mon honorable collègue. || L'honorable Monsieur Un Tel. || « L'honorable préopinant » (Académie). || L'honorable orateur qui m'a précédé à cette tribune. || Je répondrai à mon honorable contradicteur…
6 En 1792, M. Burke se sépara de M. Fox. Il s'agissait de la Révolution française que M. Burke attaquait et que M. Fox défendait… Toute la Chambre fut émue (…) quand M. Burke termina sa réplique par ces paroles : « Le très honorable gentleman, dans le discours qu'il a fait, m'a traité à chaque phrase avec une dureté peu commune (…) »
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. II, p. 159.
7 Messieurs les jurés (…) Vous connaissez tous, au moins de réputation, l'honorable M. Madeleine, maire de Montreuil-sur-Mer.
Hugo, les Misérables, I, VII, XI.
N. m. (anglic.). Vx. Député, parlementaire.
7.1 Jupien tenait à accompagner sa sortie pour témoigner de la déférence qu'il portait à la qualité d'honorable, sans aucun intérêt personnel d'ailleurs. Car bien que ce député, qui répudiait les exagérations de l'Action Française (il eût d'ailleurs été incapable de comprendre une ligne de Charles Maurras ou de Léon Daudet), fût bien avec les ministres (…)
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 816.
B (Mil. XVIe). Qualifié n. de chose.
1 Qui honore, qui attire la considération, le respect, qui sauvegarde l'honneur, la dignité. Beau. || Une grande et honorable alliance (cit. 7). || Poste, profession, emploi, rang, titre, condition honorable (→ Comédien, cit. 1). || Capituler (cit. 3) à des conditions honorables. || Action, occupation honorable (→ Esprit, cit. 49). || Sentiments honorables (→ Cacher, cit. 41; flétrir, cit. 11). 1. Bon. || Vie grave (cit. 11), noble et honorable. Digne. || Gagne-pain (cit. 2) honorable. || Une fin, une vieillesse honorable (→ Couronner, cit. 12). || « On lui donna la place la plus honorable » (Académie). || Classement, rang très honorable.
8 Je suis de cet avis, que la plus honorable vacation (occupation) est de servir au public et être utile à beaucoup.
Montaigne, Essais, III.
9 La vertu plus honorable que les dignités et les triomphes.
Racine, Livres annotés, Plutarque, Vie de Tibérius…
10 (…) le XVIIIe siècle a prouvé que l'on peut allier les plus laides doctrines avec la conduite la plus pure et le caractère le plus honorable.
Renan, l'Avenir de la science, V, Œ. compl., t. III, p. 808.
11 (…) il y a manque de convenance mutuelle entre le mariage, qui est un état honorable, et la jouissance de la chair, qui est péché.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXVI, p. 268.
12 — Je regrette cette décision. Tu compromets ta carrière par un scrupule honorable, mais déplacé.
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 146.
13 Je m'appelle Méjan de Mégremut. C'est là un nom assez honorable pour qu'il garantisse à lui seul ma bonne foi.
H. Bosco, le Jardin d'Hyacinthe, p. 9.
14 S'il avait accepté l'offre qui lui était faite, ce fut pour des raisons honorables et, si l'on peut dire, par fidélité à un idéal.
Camus, la Peste, p. 57.
C'est plus honorable, moins honorable (→ Arquebuser, cit. 1). || Je n'estime pas, j'estime (cit. 8) peu honorable de (et infinitif).
15 Il m'est sans doute très honorable de me voir à la tête de cette célèbre Compagnie (…)
Racine, Disc. à l'Académie, Réception de l'abbé Colbert.
Mention très honorable donnée à une thèse.
2 (1690). Blason. || Pièces honorables de l'écu (cit. 2) : pièces principales, pouvant occuper le tiers du champ. Syn. : pièce de premier ordre.
tableau Termes de blason.
———
II (Déb. XVIIe, d'Aubigné). Sens affaibli. Convenable, honnête, moyen, suffisant. || Avoir une fortune honorable. || Elle a eu, malgré les embarras de sa famille, une dot honorable. || Obtenir des résultats non pas brillants, mais honorables. || Dissertation à peine honorable. Acceptable.
16 (…) la taxe proposée par Caillaux pouvait sembler le résultat plus qu'honorable d'une campagne menée avec énergie.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, XI, p. 119.
CONTR. Déshonoré, infâme; aveu (sans); avilissant, déshonorant, honteux, infamant.
DÉR. Honorabilité, honorablement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Нужно решить контрольную?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • honorable — Honorable. adj. v. de tout genre. Qui est digne d estre honoré. La vertu est honorable mesme dans les ennemis. le merite est honorable par tout où il se trouve. En ce sens il n a guere d usage que dans ces phrases. Il signifie aussi, Qui honore,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Honorable — Hon or*a*ble, a. [F. honorable, L. honorabilis.] 1. Worthy of honor; fit to be esteemed or regarded; estimable; illustrious. [1913 Webster] Thy name and honorable family. Shak. [1913 Webster] 2. High minded; actuated by principles of honor, or a… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • honorable — 1 Honorable, honorary are sometimes not clearly distinguished. Honorable commonly applies to something which is worthy of honor (as in being noble, high minded, or highly commendable) {an honorable calling} {honorable service} It is also used as… …   New Dictionary of Synonyms

  • honorable — adjetivo 1. (antepuesto / pospuesto) Que merece ser honrado o respetado: Inma tuvo un comportamiento honorable, digno de ser elogiado. Mi abuelo es una persona honorable. El honorable anciano se dirigió a las personas allí reunidas. 2.… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • honorable — [än′ər ə bəl] adj. [ME honourable < OFr honorable < L honorabilis < honor] 1. worthy of being honored; specif., a) [H ] of, or having a position of, high rank or worth: used as a title of courtesy for certain officials and for the… …   English World dictionary

  • honorable — (adj.) early 14c. (mid 13c. as a surname), from O.Fr. honorable, from L. honorabilis that procures honor, estimable, honorable, from honorare to honor (see HONOR (Cf. honor) (n.)). Related: Honorably …   Etymology dictionary

  • honorable — hon·or·able adj: entitled to honor used as a title for various government officials Merriam Webster’s Dictionary of Law. Merriam Webster. 1996. honorable …   Law dictionary

  • honorable — (Amer.) n. one who is honest or principled; one who holds the title of Honorable (title of respect given to certain high ranking officials; British courtesy title given to the children of peers below the rank of Marquis) adj. deserving of respect …   English contemporary dictionary

  • honorable — Honorable, Honorabilis, Honorificus, Magnificus. Amende honorable, Traductio criminis damnatorum supplex et taedifera, et tanquam stigmatica. B …   Thresor de la langue françoyse

  • honorable — (Del lat. honorabĭlis). 1. adj. Digno de ser honrado o acatado. 2. Tratamiento que en algunos lugares se da a los titulares de determinados cargos. U. t. c. s.) ☛ V. pieza honorable …   Diccionario de la lengua española

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”